Valeur ajoutée et ingénierie du développement local

Le développement local s'est affirmé au début des années 1990. Dans ce contexte, j'ai coordonné en 1992-1994 un travail d'experts (X. Gizard, M. Quevit, E. Wolleb, M. Cuddy, H. Le Marois….) pour la Commission européenne sur la valeur ajoutée et l'ingénierie du développement local, visant à fournir des arguments et des orientations pour des politiques d'appui au développement local (Doré, 1994).

Il s'agissait de contribuer à répondre aux défis de la construction communautaire, en surmontant les limites des théories économiques néoclassiques (pour lesquelles la mobilisation du savoir des hommes et leur capacité d'organisation productive était le "trou noir") et en remédiant aux lacunes des politiques traditionnelles basées sur le seul financement des infrastructures par l'accent mis sur les avantages comparatifs liés aux milieux innovateurs. L'ingénierie du développement local repose ainsi sur la conception de nouvelles relations entre développement endogène et exogène et une approche partenariale, pour favoriser l'articulation entre investissements matériels et immatériels et l'organisation du milieu local.

Doré G. (coord.), 1994, CRIDEL, Valeur ajoutée et Ingénierie du Développement Local (contributions de X. Gizard, M. Quevit, E. Wolleb, M. Cuddy….), DG XVI, Collection " Etudes de développement régional ", Office des Publications Officielles de la Commission Européenne

Ajouter un commentaire

 
×